L’inflation aurait-elle définitivement disparu ?

Par Olivier de Berranger (La Financière de l’Echiquier)

Le 6 août 1979, Paul Volcker s’installe dans son nouveau bureau du Marriner S. Eccles Building à Washington. Il vient d’être nommé président de la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale américaine, avec une mission claire, combattre l’inflation. Il faut dire que cette année-là, la hausse des prix atteindra plus de 13% aux Etats-Unis et qu’elle s’étendra à tout le monde développé.

Influencé par l’Ecole de Chicago et la pensée de Milton Friedman, sa recette fut simple : augmenter les taux d’intérêt bien au-dessus du niveau de l’inflation, rendre ainsi prohibitif le coût « réel » de la dette et briser la spirale hausse des prix/hausse des salaires. Ce remède de cheval, qui porte les taux de la Fed à 20% en mars 1980, provoquera une grave récession en 1982-1983. Il fera également retomber la hausse des prix autour de 3% dès 1983. L’inflation était vaincue, et surtout, entreprises et ménages furent convaincus dans leur comportement d’investissement, d’achat ou d’épargne que la banque centrale gardait la main.

Aujourd’hui, le doute s’installe, mais à l’inverse. Ainsi, alors que la Banque centrale européenne (BCE) a un objectif de glissement annuel des prix proche de 2,0%, ce taux n’a plus été atteint, hors alimentation et énergie, depuis 2002. Pis, la moyenne depuis 10 ans dépasse péniblement 1%. Même constat aux Etats-Unis, alors que ce pays fête 10 années de croissance ininterrompue et de baisse historique du chômage. Pourtant, que n’avait-on entendu sur les risques de dérapage incontrôlé des prix qu’engendreraient à coup sûr les politiques non conventionnelles de l’ensemble des banques centrales après la grande crise de 2008 !

La compétition mondiale, le surinvestissement chinois, la globalisation des échanges, l’automatisation et la robotisation, le vieillissement de la population du monde développé, le faible pouvoir de négociation salariale sont autant de facteurs qui expliquent l’atonie persistante de la dynamique des prix[1].

L’inflation aurait-elle définitivement disparu ? C’est ce que semble croire le marché obligataire puisque près de 50% du stock, pourtant historiquement très élevé, d’emprunts d’Etat européens délivre un taux de rendement négatif. Au niveau mondial, ce sont même 10  000 milliards d’obligations d’Etat qui détruisent tous les jours du capital. Si un redémarrage immédiat et brutal de la hausse des prix est exclu, confier la totalité de son épargne à des Etats impécunieux semble risqué.

Alors que la saison de publications des résultats d’entreprises bat son plein, leur capacité de résistance et d’adaptation méritent, encore et toujours, qu’on s’y intéresse. Même si un peu moins de 30% des entreprises européennes ont publié leurs chiffres du premier trimestre[2], la moitié environ dépasse les attentes de résultats et/ou de chiffre d’affaires. Une dynamique plus établie de croissance et de hausse de prix aurait rendu ce tableau encore meilleur. Un retour vers une inflation plus raisonnable, plus normative, ne serait pas pour les entreprises une mauvaise nouvelle.

Une chose est sûre, c’est que le jour où l’inflation se réveillera, l’investisseur en actions sera à long terme mieux protégé que l’investisseur en obligations souveraines, qui se demandera par quel aveuglement il a pu accepter durablement des rendements infinitésimaux.

Olivier de Berranger

[1] Pourquoi l’inflation reste-t-elle si faible dans le monde ?, Trésor-Eco, Octobre 2017
[2] JP Morgan Cazenove, 26 avril 2019