Le gouvernement rétropédale sur les obligations des loueurs type Airbnb

Il y a peu, l’obligation pour les plate-formes de location de transmettre aux communes une fois par an la liste des logements loués réjouissait ces dernières. Mais le gouvernement vient d’adoucir grandement les obligations imposées à ces plate-formes. 

Le dispositif qui entrera en vigueur le 1er décembre prochain va en effet être compliqué à mettre en oeuvre concrètement, car les sites concernés (Airbnb, Abritel, Booking…) n’ont finalement pas l’obligation de transmettre aux communes le lien vers l’annonce correspondant au bien mentionné. 

Cela rend la tâche de vérification pour les villes plus compliquée, comme le déplore Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris chargé du logement et de l’hébergement d’urgence : “Nous devons donc retrouver manuellement, une à une, les annonces correspondant aux adresses transmises dans le listing. Que s’est-il passé entre le projet de décret et aujourd’hui ? La seule explication est que le gouvernement a été sensible au lobbying de ce secteur, notamment d’Airbnb.” 

Le ministère du Logement a un autre son de cloche. Il affirme que “le décret et l’arrêté renforcent substantiellement les capacités de contrôle des communes”. 

SourceLe Monde

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS