Assurance-vie : les fonds immobiliers sont-il une alternative aux fonds en euros ?

Doper le rendement de son contrat en arbitrant ses fonds en euros au profit de fonds immobiliers peut être une bonne idée. Encore faut-il savoir choisir le bon fonds…et le bon assureur. 

Prenons d’abord les SCPI, qui stars des fonds immobiliers. Elles ont la particularité d’être les placements les plus “purs”, car elles doivent contenir un minimum de 95% d’actifs immobiliers. Toutefois, seule une vingtaine de SCPI de rendement sur la centaine référencées peuvent être incluses dans un contrat d’assurance-vie. Attention aussi aux pratiques des assureurs en matière de frais : certains acteurs gardent 10 à 15% des loyers perçus, après frais de gestion, tandis que d’autres reversent l’intégralité à leurs clients. 

Les OPCI sont quant à elles des investissements moins “purs” puisque ces fonds ne peuvent détenir qu’entre 51% et 60% d’actifs immobiliers, le reste correspondant à des liquidités ou des valeurs mobilières. Cette exposition aux marchés financiers en fait des produits plus risqués, bien qu’ils permettent également de sortir du tout-immobilier en diversifiant ses placements. Enfin, les SCI sont aussi une option pour tous ceux qui souhaitent faire la part belle à l’immobilier dans leurs contrats d’assurance-vie. 

SourceLe Figaro

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS