Comment les fonds monétaires surfent sur le phénomène des taux d’intérêt négatifs

Loin de plomber ce marché, la baisse des taux a offert de nouvelles opportunités de marché aux fonds monétaires. 

Les taux négatifs ont forcé les banques à envisager de répercuter ces nouveaux coûts sur leurs clients. Les clients concernés, eux, doivent donc placer leur argent ailleurs qu’en banque pour maintenir leur capital – ces clients étant les entreprises et les particuliers fortunés. La baisse des taux directeurs par la BCE de -0,4% à -0,5% a donc mécaniquement renforcé l’attractivité des fonds monétaires, qui ont attiré des flux importants, en particulier depuis le mois de septembre.

Pour attirer, ils n’ont même plus besoin de proposer des rendements positifs. Un taux qui fait mieux que celui de la BCE suffit. Ainsi, les fonds classiques ont offert un rendement moyen de -0,26% depuis le début de l’année, contre -0,4% l’an dernier, selon les données de Morningstar concernant les fonds distribués en France. Les fonds monétaires à court terme ont quant à eux enregistré une performance moyenne de -0,35% depuis le début de l’année, contre -0,45% l’an dernier.

SourceLes Echos

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS