H2O : Quelles conséquences pour les investisseurs ?

Une analyse de Quantalys

Un nouveau coup dur se profile pour la société de gestion H2O AM. L’AMF a confirmé le 28 août avoir demandé la suspension des souscriptions et des rachats des parts de trois OPCVM (H2O Allegro, H2O Multibonds et H2O Multistrategies) de droit français gérés par la société de gestion britannique H2O Asset Management LLP.Le régulateur prend acte de la décision du gestionnaire de suspendre ces 3 fonds et d’étendre cette suspension à 5 autres fonds de sa gamme (4 OPCVM : H2O Adagio, H2O Moderato, H2O MultiEquities, H2O Vivace, et 1 FIA : H2O Deep Value) comme l’indique la société de gestion dans son communiqué de presse. Quelles peuvent-être les conséquences concrètes de ces décisions pour les investisseurs et les conseillers financiers dans les mois à venir ?

Retour sur une crise qui dure depuis plusieurs mois maintenant

Dès le mois de juin 2019, la société de gestion H2O AM avait déjà défrayé la chronique lorsque le Financial Times avait publié via son blog Alphaville un article soulignant le caractère illiquide des fonds gérés par H2O AM, société de gestion qui a mis pourtant la liquidité au coeur de sa stratégie et de son image. Quantalys avait souhaité en savoir plus et avait alors interviewé le fondateur de la société, Bruno Crastes (cf article Quantalys du 21 juin)

Dans cet entretien publié sur Quantalys, Bruno Crastes affirmait à l’époque qu’il n’y avait « pas de problèmes de liquidité dans l’immédiat pour nos fonds ». Il assurait « être en capacité de faire face à des sorties de l’ordre de 1 à 2 milliards d’euros par jour». Toujours selon lui, « les sorties sur les obligations illiquides seraient donc dans ce cas de l’ordre de 40 à 50 millions d’euros par jour soit un niveau acceptable par le marché et par des investisseurs institutionnels en particulier ».

Quantalys avait décidé de sortir les fonds H2O de ses portefeuilles modèles par mesure de précaution. Dans un article paru quelques jours après l’interview, le 25 juin 2019 précisément, les équipes en charge de l’analyse des fonds chez Quantalys concluait alors « Conscients que nos portefeuilles modèles peuvent être répliqués librement, nous avons pris la décision, dans ce contexte exceptionnel, d’enlever les fonds H2O AM des univers d’investissement en attendant que la situation se stabilise ».

Comme nous le rappelions à l’époque : « il est important de rappeler que ce sujet arrive dans des conditions normales de marché et qu’il n’y a pas de risque systémique pour le moment. Il ne s’agit que d’un sujet micro-économique lié à une société de gestion. Ce sujet vient rappeler l’importance de la bonne adéquation des actifs avec les passifs des investisseurs et d’autre part la vigilance des conseillers financiers à respecter les objectifs et contraintes de risques des clients finaux. ». Le problème était à l’époque micro-économique et se déroulait dans des marchés financiers qui fonctionnaient normalement. Ça c’était avant l’arrivée de la crise du COVID-19 !

Lire la suite