Bercy s’invite dans les discussions en vue de la vente d’Aviva France

La vente d’Aviva France, annoncée à la rentrée, prend une tournure politique. Les syndicats de la filiale ont rencontré Bruno Le Maire, qui s’est engagé à recevoir la direction du groupe afin de discuter de la cession. Leur crainte : que l’entreprise ne soit plus fiscalisée en France, ou qu’elle soit démantelée. 

Ces inquiétudes font suite à l’intérêt de l’assureur Athora, détenu par le fonds Apollo et domicilié aux Bermudes, pour l’entreprise. “Aviva paye 100 millions d’euros d’impôts en France, et 75 millions de charges sociales, ce qui a son importance, surtout en ce moment. Si le groupe passe aux mains d’une société aux Bermudes, il ne versera plus d’impôts”, ont fait observer les syndicats. Le démantèlement du groupe a également été évoqué, Athora ayant des précédents en ce sens dans d’autres pays.

La vente était déjà complexe, car l’Afer, association d’épargnants, a revendiqué un droit de veto sur le repreneur pour s’assurer que les contrats d’assurance-vie gérés pour ses adhérents – 55 milliards d’euros en tout – bénéficient d’une continuité. 

Photo © Fred Romero

SourceL'Agefi

Dernières vidéos

video

SCPI : quel bilan 2020 ?

Replay de notre table ronde avec Jean-Baptiste Odin (Amundi Immobilier), Daniel While (Primonial REIM) et Christophe Inizan (La Française AM)
video

Marchés financiers : quelles perspectives pour la fin d’année ?

Replay de notre table ronde avec Kevin Thozet (Carmignac), Jean-Marie Mercadal (OFI AM) et Jean-Jacque Friedman (Vega IM)

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS