La résidence « semi-principale » revient à la mode

Les Français ne veulent plus choisir entre ville et campagne… C’est le constat d’une étude du réseau immobilier Barnes. En effet, 89% des sondés disent vouloir passer plus de temps dans leur logement secondaire et 72% souhaitent même transformer leur habitation secondaire en résidence semi-principale. 

Cette tendance à la résidence semi-principale trouve entre autres son explication dans les comportements d’achat en région parisienne. Le premier confinement avait été marqué par la fuite des habitants de la capitale vers la province. Dans une note publiée en fin d’année, le réseau immobilier Barnes estime à 34% la part de Parisiens intra-muros ayant acheté en petite couronne au second semestre 2020, alors qu’ils n’étaient que 30% à le faire ces dix dernières années.

« Nous avons observé un rajeunissement de la population ayant ce type de projet », ajoute Richard Tzipine, directeur général de Barnes. D’un point de vue plus sociologique, il faut noter que, selon cette étude, 82% des personnes interrogées veulent pouvoir réunir enfants et petits-enfants dans leur domicile. « Ils sont très peu à envisager un nouveau confinement sans pouvoir être réunis en famille ».

Dernières vidéos

video

SCPI et OPPCI : état des lieux et opportunités

Replay de notre table ronde avec Jacques Servolin (WiseAM), Inès Dias (Sogenial) et Franck Inghels (Inter Gestion)
video

Gestion thématique – Innovation : reste-t-il du potentiel en 2021 ?

Replay de notre table ronde avec Guy de Blonay (Jupiter AM), Stéphane Camy (Claresco Finance) et Thomas Roubach (Franklin Templeton)

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS