L’AMF souhaite une harmonisation de la gestion alternative en Europe

Dans le cadre de la revue menée cet hiver par la Commission européenne, le gendarme français des marchés a, comme ses homologues, établi son bulletin de notes sur la directive AIFM (Alternative investment fund managers). L’AMF souhaite notamment que tous les fonds alternatifs incluent, par défaut, des mécanismes assurant leur liquidité.

Dix ans après l’adoption de cette directive qui régit les sociétés européennes de gestion alternative, comme les hedge funds et les acteurs de l’investissement non coté, le régulateur espère voir ses requêtes entendues. Selon lui, cette amélioration réglementaire s’impose, alors que les encours des fonds d’investissement alternatifs (FIA) ont plus que doublé ces dernières années, passant de 2.300 à 5.900 milliards d’euros.

L’AMF évoque tout d’abord l’idée de l’ajout d’un surcroît de pouvoir au régulateur du gérant AIFM, car la commercialisation des fonds est souvent exercée dans des pays différents donc aucun régulateur n’a une vision d’ensemble de leur activité. De même, l’AMF milite pour plus de convergence entre les règles applicables en gestion collective et gestion sous mandat, dans le cadre de Mifid 2. Enfin, le régulateur propose d’uniformiser les règles de liquidité des fonds en limitant notamment les retraits massifs de capitaux.

SourceLes Echos

Dernières vidéos

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS