ETHENEA | Commentaire de marché mai 2022 : Inflation et taux d'intérêt à long terme - les perspectives

Analyse, Marchés financiers, Gestion de patrimonie

12/05/2022

En bref

  • L’évolution des taux à long terme est déterminée par l’inflation à moyen terme (2023 et 2024) et la trajectoire des taux directeurs qui en découle.
  • Les taux d’inflation en Europe et aux États-Unis devraient encore augmenter ce trimestre, mais rediminuer vers la fin de l’année et surtout début 2023.
  • La Fed et la BCE relèveront leurs taux directeurs.
  • Une augmentation au moins temporaire du rendement des Bunds à 10 ans à 1,25 % et des bons du Trésor à 10 ans à 3,25 % au deuxième trimestre 2022 est envisageable.
  • Une nouvelle hausse des taux directeurs et des taux d’intérêt à long terme est possible.

En avril de cette année, le taux d’inflation annuel a atteint 8,3 % aux États-Unis et 7,5 % dans la zone euro. Une chose est certaine : l’inflation reste pour le moment très élevée. Ce que l’on ignore en revanche, c’est jusqu'à quel point elle va continuer à augmenter dans les mois à venir. Cette évolution préoccupe sérieusement la BCE et la Fed. Que feront les banques centrales pour lutter contre l’inflation et dans quelle mesure les taux d’intérêt à long terme pourraient-ils augmenter ?

Graphique 1 : Inflation annuelle dans la zone euro et aux États-Unis

 

Ce que nous savons déjà

La Fed a déjà mis un terme à son programme d’achats obligataires et relevé ses taux directeurs en mars ainsi qu'en mai afin de casser la dynamique de l’inflation. C’est une certitude : d’autres hausses suivront. Par ailleurs, la Fed réduira son bilan en vendant des emprunts d’État et des obligations adossées à des créances hypothécaires sans réinvestir les montants issus des remboursements. Mais jusqu’à présent, les mesures et les annonces de la banque centrale américaine n’ont pas eu beaucoup d’effet sur la dynamique de l’inflation. Si l’inflation annuelle s’établissait encore à 7,5 % en janvier, elle a grimpé à 7,9 % en février avant de se hisser à 8,3 % en avril, du jamais-vu depuis le début des années 1980. Même chose dans la zone euro : l’inflation est passée de 5,1 % en janvier à 7,5 % en avril. La BCE a réduit le rythme de ses achats obligataires nets sans y mettre un terme, mais a laissé ses taux directeurs inchangés.

Les rendements des obligations à long terme se sont inscrits en forte hausse et les conditions des nouveaux crédits se sont durcies. En Allemagne, pour les crédits immobiliers avec une garantie de premier rang et un taux d'intérêt fixe à 10 ans, il faut désormais verser plus de 2 % d’intérêts. Aux États-Unis, les conditions applicables aux hypothèques à 30 ans en cours s’établissent à 5,25 % – un niveau inédit depuis 2010.

Ce à quoi nous pouvons nous attendre

Dans ce contexte, il est relativement simple de prédire le comportement des banques centrales. Aussi bien la Fed que la BCE relèveront leurs taux directeurs. La Fed augmentera significativement le Fed Funds Rate d’ici la fin de l’année. La nouvelle fourchette de fluctuation cible devrait s’échelonner entre 2,5 % et 2,75 %, voire un peu au-delà. La BCE devrait également relever les taux d’intérêt négatifs pour sa facilité de dépôt d’ici la fin de l’année. Un relèvement du taux repo est même envisageable dès cette année. 

En revanche, l’évolution de l’inflation est plus difficile à pronostiquer. 

Alors que, aux États-Unis, les différentes composantes entrant dans le calcul de l’inflation sont déjà en baisse ou en forte décélération, les coûts des loyers et de construction des logements individuels s’envolent. Les effets de second tour induits par la hausse des salaires, des prix de l’énergie et des coûts de transport continueront d’alimenter l’inflation des produits et des services, mais l’on ignore à quel rythme. 
En Europe, la flambée des prix de l’énergie joue un rôle déterminant dans l’évolution de l’inflation. Sa trajectoire ultérieure est difficilement prévisible en raison des possibles boycotts et d’une production d’électrique dépendante des conditions de vent et du niveau des eaux. Les interventions des autorités, dont l’ampleur n’est pas encore chiffrable, réduiront certes l’inflation, mais feront gonfler la dette publique. En revanche, nous estimons que l’inflation annuelle, aux États-Unis comme en Europe, devrait augmenter encore un peu au deuxième trimestre, sans toutefois dépasser la barre des 10 %. Nous nous attendons à ce qu’elle recule légèrement en fin d’année 2022. Mais des taux d’inflation supérieurs à 5 %, voire à 6 %, restent tout à fait envisageables en décembre 2022.

Ce que nous ne pouvons pas (encore) savoir

L’évolution des taux à long terme est toutefois encore plus déterminée par l’inflation à moyen terme (2023 et 2024) et la trajectoire des taux directeurs qui en découle Nous pouvons spéculer à l’infini sur ce point, mais rien n’est certain. La réduction du bilan de la Fed et les achats résiduels de la BCE peuvent également déclencher des perturbations. Personne ne sait qui remplacera les banques centrales dans leur fonction d’acheteur. Une augmentation au moins temporaire du rendement des Bunds à 10 ans à 1,25 % et des bons du Trésor à 10 ans à 3,25 % au deuxième trimestre est envisageable. Mais par la suite, le marché devrait marquer une pause. Les hausses de rendement actuelles sont impressionnantes et l’incertitude entourant l’évolution en 2023 est immense. 

Dans tous les cas, une reprise économique est exclue, que ce soit aux États-Unis ou dans la zone euro, compte tenu des niveaux stratosphériques de l’inflation. Soit l’économie va vaciller, ce qui fera ensuite diminuer l’inflation et le besoin d’intervention des banques centrales, soit une inflation durablement élevée pèsera sur le moral des consommateurs et induira un net repli de la croissance. Quoi qu’il en soit, la croissance a déjà sensiblement ralenti au premier trimestre 2022. Aux États-Unis, le produit national brut a même légèrement reculé par rapport au trimestre précédent.

Graphique 2 : Rendements des emprunts d’État à 10 ans

 

Même si les taux d’inflation en Europe et aux États-Unis devraient encore augmenter ce trimestre, ils reculeront vers la fin de l’année et surtout début 2023. En revanche, nous ignorons si les mesures restrictives attendues des banques centrales ramèneront l’inflation sur la trajectoire souhaitée des 2 %. Si les anticipations d’inflation pour 2023 et 2024 tendaient à osciller entre 3 et 4 %, les banques centrales seraient contraintes d’ajuster une nouvelle fois leur politique. Il s’ensuivrait une nouvelle hausse des taux directeurs et des taux d’intérêt à long terme.

 

Auteur : Dr Volker Schmidt

COMMUNIQUÉ DE PRESSE, il ne s’agit pas d’un document officiel.

Nous attirons l’attention sur le fait que l’ensemble des données et informations que nous avons mises à votre disposition ont fait l’objet de recherches approfondies par ETHENEA. Cependant, nous ne pouvons donner aucune garantie quant à leur exactitude ou exhaustivité, ni assumer de responsabilité au titre des dommages directs ou indirects subis par le destinataire des présentes informations ou par des tiers. En cas de publication du texte sous quelque forme et dans quelque mesure que ce soit, l’organisme réalisant la publication (rédaction du journal ou tiers associé ou mandaté, site web, podcast, etc.) est tenu de joindre les clauses de non-responsabilité et les mentions légales nécessaires dans un tel cas.

En outre, nous attirons l’attention sur nos mentions légales dans ce contexte : les informations contenues dans le document ci-joint ne constituent en aucun cas une sollicitation, une offre ou une recommandation en vue de l'achat ou de la vente de parts du fonds ou de la réalisation d'une quelconque transaction. Elles visent uniquement à présenter au lecteur les principales caractéristiques du fonds, telles que son processus d'investissement par exemple, et n'ont pas été pensées comme un conseil en investissement, que ce soit en tout ou en partie. Elles ne remplacent nullement la réflexion personnelle ou des informations ou conseils juridiques, fiscaux ou financiers. La responsabilité de la société de gestion, de ses collaborateurs ou de ses organes ne peut être engagée au titre de pertes découlant directement ou indirectement de l'utilisation du contenu du présent document ou de toute autre circonstance en lien avec ce document. La seule base juridiquement contraignante pour l'acquisition de parts est constituée par les documents de vente en vigueur rédigés en langue allemande (prospectus, DICI et, en complément, rapports annuels et semestriels), qui fournissent des informations détaillées sur l'acquisition de parts du fonds ainsi que sur les risques et les opportunités qui y sont associés. Les documents de vente en langue allemande cités (ainsi que des traductions non officielles dans d'autres langues) sont disponibles gratuitement à l’adresse www.ethenea.com ainsi qu’auprès de la société de gestion ETHENEA Independent Investors S.A. et de la banque dépositaire ainsi qu'auprès des agents payeurs et d'information nationaux correspondants et auprès du représentant en Suisse. Il s’agit de : Allemagne : DZ BANK AG, Deutsche Zentral-Genossenschaftsbank, Frankfurt am Main, Platz der Republik, D-60265 Frankfurt am Main ; Autriche : ERSTE BANK der österreichischen Sparkassen AG, Am Belvedere 1, A-1100 Wien ; Belgique : CACEIS Belgium SA/NV, Avenue du Port / Havenlaan 86C b 320, B-1000 Bruxelles ; Espagne : ALLFUNDS BANK, S.A., C/ stafeta, 6 (la Moraleja), Edificio 3 – Complejo Plaza de la Fuente, ES-28109 Alcobendas (Madrid) ; France : CACEIS Bank France, 1-3 place Valhubert, F-75013 Paris ; Italie : State Street Bank International – Succursale Italia, Via Ferrante Aporti, 10, IT-20125 Milano ; Société Génerale Securities Services, Via Benigno Crespi, 19/A - MAC 2, IT-20123 Milano ; Banca Sella Holding S.p.A., Piazza Gaudenzio Sella 1, IT-13900 Biella ; Allfunds Bank S.A.U – Succursale di Milano, Via Bocchetto 6, IT-20123 Milano ; Liechtenstein : SIGMA Bank AG, Feldkircher Strasse 2, FL-9494 Schaan ; Luxembourg : DZ PRIVATBANK S.A., 4, rue Thomas Edison, L-1445 Strassen ; Suisse : Représentant : IPConcept (Schweiz) AG, Münsterhof 12, Postfach, CH-8022 Zürich ; Agent payeur : DZ PRIVATBANK (Schweiz) AG, Münsterhof 12, CH-8022 Zürich.

La société de gestion peut, pour des raisons nécessaires d'une point de vue stratégique ou juridique, dans le respect d’éventuels préavis, résilier des contrats de distribution existants avec des tiers ou retirer des autorisations de distribution.



Zoom Invest est la plateforme dédiée aux conseillers en investissements financiers. Ils y retrouvent l’actualité des marchés financiers, des produits, du patrimoine et des acteurs de la Finance. Les informations disponibles sur le site ont un caractère exclusivement indicatif. Elles ne constituent pas une incitation à investir et ne peuvent pas être considérées comme des conseils d’investissements. Elles ne représentent pas non plus des offres de produits ou de services pouvant être assimilés à un appel public à l’épargne, ni à des sollicitations à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit d’investissement. Zoom Invest ne saurait être tenu responsable de toute décision d’investissement fondée sur une information mentionnée sur le site.