ETHENEA | Commentaire de marché 10/22 : À grand pas vers la récession

Analyse, Marchés financiers, Gestion de patrimonie

12/10/2022

par Andrea Siviero, Investment Strategist

Perspectives mondiales

Le premier semestre 2022 a été le théâtre d’un ralentissement net de la croissance économique mondiale et d’une inflation durablement élevée. Ce n’est pas uniquement la guerre en Ukraine qui a précipité l’économie mondiale dans un scénario proche de la stagflation, la pandémie en Chine y a également contribué.

Face à une inflation à son plus haut niveau depuis plusieurs décennies dans de nombreux pays et à la pression croissante sur les prix, les banques centrales du monde entier ont accéléré le resserrement de leur politique monétaire au deuxième trimestre 2022 afin de freiner la demande globale, de faire baisser l’inflation et d’éviter un désancrage des anticipations d’inflation.

Dans un contexte d’inflation durablement élevée, de ralentissement de la croissance économique et de resserrement monétaire brutal, les risques de récession mondiale ont considérablement augmenté.

Nous assistons à un ralentissement conjoncturel synchrone à l’échelle mondiale, comme en témoignent le recul des indices des directeurs d’achat (PMI) depuis plusieurs mois et la phase de contraction dans laquelle sont entrées la plupart des économies développées.

« La situation varie fortement d’une région à l’autre »

Dr. Andrea Siviero

Le scénario de base de l’économie mondiale a été revu à la baisse à plusieurs reprises afin de prendre en compte le ralentissement de la croissance et l’inflation élevée. En juillet, le FMI a corrigé les prévisions de croissance mondiales de 3,6 % à 3,2 % pour 2022 et de 3,6 % à 2,9 % pour 2023. Il a également averti du risque imminent de récession.

Ce scénario macroéconomique pessimiste est renforcé par d’autres menaces potentielles pour la conjoncture mondiale :

  • Un arrêt brutal des importations de gaz russe en Europe
  • Un possible désancrage des anticipations d’inflation, ce qui impliquerait une politique encore plus restrictive
  • Des crises de grande ampleur dans les pays émergents susceptibles d’être déclenchées par un durcissement des conditions financières
  • Des nouvelles vagues de Covid et mesures de confinements
  • Une aggravation de la crise immobilière en Chine
  • Des dangers géopolitiques susceptibles d’entraver la coopération et les échanges internationaux

Alors que nous observons un ralentissement conjoncturel synchrone et un durcissement de la politique monétaire à travers le monde (à quelques exceptions notables près), les perspectives économiques et la dynamique de l’inflation varient d’un pays à l’autre.

Gros plan sur les États-Unis

L’économie américaine a bien surmonté la pandémie grâce à des mesures de soutien sans précédent. Essentiellement alimentée par une demande globale soutenue, l’inflation a montré des signes indiquant qu’elle se généralisait et devenait structurelle. Le plein emploi règne, les salaires augmentent à un rythme raisonnable et les revenus et dépenses des ménages sont restés solides malgré une confiance faible.

Face à une décennie d’inflation élevée et à une économie florissante, la Fed a entamé un cycle de resserrement monétaire dès le mois de mars et progressivement relevé son taux directeur à 3,25 % à ce jour. Afin de faire reculer l’inflation et de maintenir les anticipations d’inflation à un niveau correct, la Fed a clairement annoncé son intention de poursuivre le resserrement de sa politique et de conserver un taux directeur durablement élevé.

Le durcissement actuel de la Fed prend de la vitesse et la demande globale ralentit. La restauration de la stabilité des prix s’accompagnera quasi inévitablement d’une longue phase de croissance faible et de hausse du chômage, ce qui augmente la probabilité de récession. Point positif, la Fed semble en passe de reprendre le contrôle de l’inflation et d’augmenter sa marge de manœuvre politique, sachant qu’elle peut encore compter sur une économie et un niveau d’emploi solides.

Gros plan sur la zone euro

Alors qu’elle ne s’est pas encore complètement remise du choc de la pandémie, l’économie de la zone euro subit une inflation historiquement élevée, une pénurie d’énergie et une sécheresse dévastatrice.

Touchée de plein fouet par la guerre en Ukraine ainsi que par les sanctions et les perturbations des échanges qui ont en découlé, l’Europe reste particulièrement vulnérable à l’évolution des marchés de l’énergie.

L’activité économique tourne au ralenti et le secteur industriel souffre toujours des pénuries d’approvisionnement et de la demande mondiale atone. Le marché de l’emploi reste dynamique, mais la croissance des salaires ne peut rivaliser avec l’inflation. En conséquence, la confiance des consommateurs est au plus bas, sapée par la baisse significative du revenu disponible réel et l’affaiblissement du pouvoir d’achat.

L’inflation record tient essentiellement à la flambée des prix de l’énergie et à la dépréciation de l’euro. Toutefois, elle se généralise progressivement et se renforce. La BCE a attendu le mois de juillet pour durcir sa politique monétaire alors que la croissance économique avait déjà commencé à ralentir. La détermination affichée par la BCE de ramener à tout prix l’inflation vers sa cible augmente la probabilité d’une récession en 2023. La politique budgétaire pourra atténuer les effets négatifs de la stagflation, mais de manière générale, il sera sans doute difficile d’échapper à une récession au deuxième semestre.

Gros plan sur la Chine

Le Congrès national du peuple chinois a annoncé un objectif ambitieux de 5,5 % pour la croissance du PIB pour 2022, mais les responsables ont déjà tacitement reconnu que cet objectif ne sera pas atteint. La croissance chinoise, en décélération déjà depuis un certain temps, est freinée par le durcissement réglementaire, les vagues successives de Covid et les confinements/fermetures stricts de grandes zones économiques.

Englué dans une profonde crise, le secteur immobilier montre des signes préoccupants de survinvestissement et de surendettement. Malgré d’importantes mesures de soutien monétaire et budgétaire visant à stimuler la croissance, la consommation intérieure et la croissance du crédit ne décollent pas car les entreprises et les ménages restent pessimistes quant aux perspectives économiques.

Une politique accommodante continuera de soutenir la croissance, mais un endettement excessif, une demande en baisse et des tensions entre objectifs économiques et considérations de santé publique devraient continuer de freiner la croissance jusqu’à la fin de l’année. Les tensions géopolitiques avec les États-Unis au sujet de Taïwan sont une source de préoccupation supplémentaire pour la Chine et l’économie mondiale.

L’économie mondiale réussira-t-elle à négocier un atterrissage en douceur et à éviter une récession ? 

Les statistiques conjoncturelles sont mitigées et l’incertitude est grande. L’écart entre facteurs objectifs (« hard ») et subjectifs (« soft ») se creuse : les sondages révèlent un ralentissement de l’économie alors que les facteurs objectifs restent relativement stables.

Dans un contexte de stabilité de l’emploi, la consommation se maintient tandis que la confiance des consommateurs et des entreprises s’approche du point le plus bas du cycle. L’activité manufacturière ralentit, tandis que les marchés immobiliers mondiaux baissent rapidement en température, montrant des signes préoccupants de surinvestissement et annonciateurs de crise.

L’évolution de l’inflation et la capacité de résistance des économies seront déterminantes pour éviter une récession. Si l'inflation reste élevée, les banques centrales poursuivront le resserrement de leur politique, les perspectives économiques se dégraderont et les risques de récession augmenteront.

Comment évoluera le scénario macroéconomique dans les mois à venir ?

Les signes de ralentissement de la demande globale, l’apaisement relatif du côté de l’offre et la baisse des prix des matières premières durant l’été avaient suscité l’espoir que les banques centrales pourraient réajuster leur politique afin de négocier l’atterrissage en douceur tant espéré.

Toutefois, les banques centrales ont besoin de preuves claires et convaincantes concernant un recul de l’inflation sous-jacente avant de revoir leur trajectoire de resserrement. Les indicateurs tels que salaires, services collectifs, prix des assurances et loyers montrent que les tensions inflationnistes se sont renforcées et deviennent davantage structurelles.

Lorsque l’inflation est ancrée, les mesures prennent plus de temps à déployer leurs effets. Les banques centrales ont clairement fait savoir qu’elles étaient déterminées à faire baisser l’inflation et qu’elles n’étaient pas pressées de revenir à un cap accommodant.

Le scénario de stagflation va-t-il se transformer en récession ou est-ce que les banques centrales seront en mesure de faire atterrir les économies en douceur ?

La stabilité des prix se fera au prix d’une période prolongée de durcissement monétaire et de hausse des rendements. Les banques centrales continueront de resserrer leur politique et de relever les taux d’intérêt afin d’éviter un désancrage des anticipations d’inflation et donc un ralentissement mondial qui pourrait déboucher sur une récession.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE, il ne s’agit pas d’un document officiel

Nous attirons l’attention sur le fait que l’ensemble des données et informations que nous avons mises à votre disposition ont fait l’objet de recherches approfondies par ETHENEA. Cependant, nous ne pouvons donner aucune garantie quant à leur exactitude ou exhaustivité, ni assumer de responsabilité au titre des dommages directs ou indirects subis par le destinataire des présentes informations ou par des tiers. En cas de publication du texte sous quelque forme et dans quelque mesure que ce soit, l’organisme réalisant la publication (rédaction du journal ou tiers associé ou mandaté, site web, podcast, etc.) est tenu de joindre les clauses de non-responsabilité et les mentions légales nécessaires dans un tel cas. En outre, nous attirons l’attention sur nos mentions légales dans ce contexte : Les informations contenues dans le document ci-joint ne constituent en aucun cas une sollicitation, une offre ou une recommandation en vue de l'achat ou de la vente de parts du fonds ou de la réalisation d'une quelconque transaction. Elles visent uniquement à présenter au lecteur les principales caractéristiques du fonds, telles que son processus d'investissement par exemple, et n'ont pas été pensées comme un conseil en investissement, que ce soit en tout ou en partie. Elles ne remplacent nullement la réflexion personnelle ou des informations ou conseils juridiques, fiscaux ou financiers. La responsabilité de la société de gestion, de ses collaborateurs ou de ses organes ne peut être engagée au titre de pertes découlant directement ou indirectement de l'utilisation du contenu du présent document ou de toute autre circonstance en lien avec ce document. La seule base juridiquement contraignante pour l'acquisition de parts est constituée par les documents de vente en vigueur rédigés en langue allemande (prospectus, DICI et, en complément, rapports annuels et semestriels), qui fournissent des informations détaillées sur l'acquisition de parts du fonds ainsi que sur les risques et les opportunités qui y sont associés. Les documents de vente en langue allemande cités (ainsi que des traductions non officielles dans d'autres langues) sont disponibles gratuitement à l’adresse www.ethenea.com ainsi qu’auprès de la société de gestion ETHENEA Independent Investors S.A. et de la banque dépositaire ainsi qu'auprès des agents payeurs et d'information nationaux correspondants et auprès du représentant en Suisse. Les agents payeurs ou d'information pour les fonds Ethna-AKTIV, Ethna-DEFENSIV et Ethna-DYNAMISCH sont les suivants : Allemagne : DZ BANK AG, Platz der Republik, D-60265 Frankfurt am Main ; Autriche : ERSTE BANK der österreichischen Sparkassen AG, Am Belvedere 1, A-1100 Wien ; Belgique : CACEIS Belgium SA/NV, Avenue du Port / Havenlaan 86C b 320, B-1000 Bruxelles ; Espagne : ALLFUNDS BANK, S.A., C/ Estafeta, 6 (la Moraleja), Edificio 3 – Complejo Plaza de la Fuente, ES-28109 Alcobendas (Madrid) ; France : CACEIS Bank France, 1-3 place Valhubert, F-75013 Paris ; Italie : State Street Bank International – Succursale Italia, Via Ferrante Aporti, 10, IT-20125 Milano ; Société Génerale Securities Services, Via Benigno Crespi, 19/A - MAC 2, IT-20123 Milano ; Banca Sella Holding S.p.A., Piazza Gaudenzio Sella 1, IT-13900 Biella ; Allfunds Bank S.A.U – Succursale di Milano, Via Bocchetto 6, IT-20123 Milano ; Liechtenstein : SIGMA Bank AG, Feldkircher Strasse 2, FL-9494 Schaan ; Luxembourg : DZ PRIVATBANK S.A., 4, rue Thomas Edison, L-1445 Strassen ; Suisse : Représentant : IPConcept (Schweiz) AG, Münsterhof 12, Postfach, CH-8022 Zürich ; Agent payeur : DZ PRIVATBANK (Schweiz) AG, Münsterhof 12, CH-8022 Zürich. Les agents payeurs ou d'information pour le fonds HESPER FUND, SICAV - Global Solutions sont les suivants : Allemagne : DZ BANK AG, Platz der Republik, D-60265 Frankfurt am Main ; Autriche, France, Luxembourg : DZ PRIVATBANK S.A., 4, rue Thomas Edison, L-1445 Strassen ; Italie : Allfunds Bank S.A.U – Succursale di Milano, Via Bocchetto 6, IT-20123 Milano ; Suisse : Représentant : IPConcept (Schweiz) AG, Münsterhof 12, Postfach, CH-8022 Zürich ; Agent payeur : DZ PRIVATBANK (Schweiz) AG, Münsterhof 12, CH-8022 Zürich. La société de gestion peut, pour des raisons nécessaires d'une point de vue stratégique ou juridique, dans le respect d’éventuels préavis, résilier des contrats de distribution existants avec des tiers ou retirer des autorisations de distribution.

SOURCE Lien vers l'article sur le site d'ETHENEA



Zoom Invest est la plateforme dédiée aux conseillers en investissements financiers. Ils y retrouvent l’actualité des marchés financiers, des produits, du patrimoine et des acteurs de la Finance. Les informations disponibles sur le site ont un caractère exclusivement indicatif. Elles ne constituent pas une incitation à investir et ne peuvent pas être considérées comme des conseils d’investissements. Elles ne représentent pas non plus des offres de produits ou de services pouvant être assimilés à un appel public à l’épargne, ni à des sollicitations à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit d’investissement. Zoom Invest ne saurait être tenu responsable de toute décision d’investissement fondée sur une information mentionnée sur le site.