ad image

Stranger Things, une nouvelle saison qui secoue (Convictions septembre)

Analyse

16/09/2022

Le bonheur était revenu dans le petit monde des investisseurs. L’inflation baissait, l’emploi restait solide, la Fed était en vacances et les indices ont largement progressé entre juillet et août.

Mais dans le « Monde à l’envers », les menaces grondaient. La guerre en Ukraine s’enlise et les coupures de gaz font mal. Les enquêtes auprès des entreprises et des ménages attaquent en piqué. Et désormais, la musique ambiguë de la Réserve fédérale ne dit rien qui vaille. 
Nous maintenons donc un positionnement prudent face aux actions. 

Europe : Winter is coming

Le gaz russe arrive à petites doses et une coupure définitive est dans les cartes. Certes, les gouvernements européens ont bien travaillé. Nos bonbonnes sont remplies à plus de 80% et la part des approvisionnements russes a été divisée par 3 selon les estimations récentes. Mais ça n’est pas suffisant pour rassurer. Il sera en effet difficile de se passer du gaz russe : la demande en énergie est très inélastique. Et le prix de l’énergie a explosé. Les gouvernements essayent certes de protéger leurs administrés, mais au coût de dépenses budgétaires abyssales, pour une protection au final seulement partielle, et un maintien non désiré de la demande. De surcroît, la BCE, pressée par l’inflation et la baisse de l’euro, accélère son resserrement monétaire. Nous restons donc prudents concernant les actions européennes. 

La Chine : on l'aime et on la quitte

Les perspectives économiques du pays pour les cinq prochaines années sont élevées et les niveaux de valorisation au sous-sol. Il semblerait donc judicieux de conserver une position agressive en actions chinoises. Pourtant, nous jetons l’éponge. 
Car l’économie chinoise fait face à deux problèmes critiques. Tout d’abord l’effondrement de l’activité immobilière. Les promoteurs ont perdu une grande partie de leurs financements en raison des contraintes d’endettement soudainement imposées par le gouvernement en 2020. Nombre d’entre eux connaissent depuis de sérieuses difficultés à joindre les deux bouts et les ménages chinois n’achètent plus d’appartements, craignant de ne pas être livrés par un constructeur défaillant. D’autre part, le maintien de la politique zéro-covid chamboule régulièrement l’appareil productif du pays et mine le moral de tous. 
Face à ces deux problèmes, nous espérions une réponse « au bazooka » : action résolue de la banque centrale, programmes de dépenses généreux et réglementation moins sévère. Hélas, les autorités ont décidé de combattre les dragons au lance pierre : mesures très progressives de la banque centrale, dépenses d’infrastructures à peine revenues à leur moyenne historique, pas de répit réglementaire. 
Nous attendons donc une action plus convaincante des autorités pour revenir sur ce marché.

Japon : Je suis le mal aimé

Nous conservons notre surpondération des actions japonaises. L’économie bénéficie aujourd’hui de la sortie du covid, plus tardive qu’en Europe. L’inflation est proche de 2%, et la banque centrale conserve une politique monétaire accommodante. Tout ceci à des niveaux de valorisation modestes. 
Notons de plus que l’exposition des investisseurs internationaux à ce marché a atteint un plus bas historique. Si nos hypothèses se confirment et si le marché surperforme, il est probable que de nombreux investisseurs reviendront et feront monter les valorisations. C’est ce que nous avions vu en 2012 avec les Abenomics. 

Biotech : des traitements dans la seringue

L’économie mondiale ralentit et il est naturel de privilégier les valeurs défensives (c.-à-d. peu sensibles au cycle économique). Parmi elles, les biotechnologies flamboient. Le décodage génétique et l’intelligence artificielle ont ouvert la voie à de nouveaux traitements, nombreux et efficaces. La rapidité avec laquelle ont été mis en place les vaccins ARN contre le covid en est le témoignage. Des sociétés développent avec succès des thérapies innovantes contre le cancer. Par exemple, Seagen développe des traitements à base d’anticorps qui savent reconnaître et atteindre les cellules cancéreuses pour les tuer avec un agent cytotoxique qui leur a été artificiellement adjoint. Une sorte d’artillerie de précision contre le cancer. Des sociétés d’intelligence artificielle savent simuler des tests cliniques, ce qui permet d’accélérer la recherche tout en réduisant leurs coûts. Le nombre d’approbations de traitements reste sur une tendance haussière et devrait accélérer.  

L'essentiel à retenir

  • Prudence face aux actions internationales
  • Préférence pour les actions japonaises
  • Des perspectives intéressantes pour les biotechnologies


Zoom Invest est la plateforme dédiée aux conseillers en investissements financiers. Ils y retrouvent l’actualité des marchés financiers, des produits, du patrimoine et des acteurs de la Finance. Les informations disponibles sur le site ont un caractère exclusivement indicatif. Elles ne constituent pas une incitation à investir et ne peuvent pas être considérées comme des conseils d’investissements. Elles ne représentent pas non plus des offres de produits ou de services pouvant être assimilés à un appel public à l’épargne, ni à des sollicitations à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit d’investissement. Zoom Invest ne saurait être tenu responsable de toute décision d’investissement fondée sur une information mentionnée sur le site.