ETHENEA | Commentaire de marché avril 2022 : Des temps difficiles

Analyse, Marchés financiers, Gestion de patrimonie

12/05/2022

L’économie mondiale traverse actuellement une phase critique et l'incertitude s'est considérablement accentuée. Après avoir surmonté la récession déclenchée par la pandémie de COVID-19 et dû faire face à la hausse de l’inflation, la conjoncture est aujourd’hui en proie à un choc négatif majeur de l’offre et de la demande qui risque de la plonger dans une nouvelle récession.

Une reprise rapide et un cycle court avec de dangereuses pressions inflationnistes

La pandémie de COVID-19 a mis un terme au plus long cycle conjoncturel depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a duré plus de dix ans entre juin 2008 et février 2020. Grâce aux soutiens budgétaires et monétaires sans précédent, la récession provoquée par la pandémie a été la plus courte de l’histoire des États-Unis, mais a également marqué le recul le plus fort du produit intérieur brut (PIB) depuis la crise de 1945.

À choc exceptionnel, réaction politique exceptionnelle. Soucieux de ne pas répéter les erreurs commises durant la crise financière mondiale de 2008, les responsables politiques ont réagi rapidement, initiant des mesures de relance budgétaire et monétaire sans précédent qui ont permis d’éviter une dépression et favorisé une reprise économique atypique et particulièrement rapide.

Avec un secteur des services en peine face aux restrictions liées à la crise sanitaire, la demande s’est concentrée sur le secteur des biens. En conséquence, l’inflation s’est envolée dans la mesure où l’engorgement des chaînes d’approvisionnement a provoqué des pénuries, empêchant l’offre de répondre à l’explosion de la demande. Les prix du pétrole et du gaz ont atteint des niveaux inédits depuis plusieurs années face à la hausse forte et brutale de la demande d’énergie conjuguée à la transition énergétique¹ tout juste amorcée et à la diminution des investissements dans les énergies fossiles. Le marasme du marché de l’emploi qui suit généralement une récession n’a pas eu lieu. Au contraire, le marché est extrêmement tendu et les salaires augmentent fortement dans certaines économies avancées.

Nous avons connu un cycle économique particulièrement court. L’économie mondiale est passée rapidement de la phase initiale de reprise à l’expansion de milieu de cycle avec une intensification des pressions inflationnistes. La croissance reste saine, mais a vraisemblablement atteint son point culminant dans de vastes pans de l’économie mondiale. Face à des contraintes du côté de l’offre qui durent plus longtemps que prévu, l’inflation s’est enracinée et généralisée, commençant à se répercuter sur des domaines tels que les salaires et les loyers.

Après avoir espéré que l’inflation s’atténuerait une fois les pénuries d’approvisionnement résorbées et ce sans avoir à durcir exagérément leur politique, les banques centrales ont admis que des mesures fermes étaient nécessaires pour contenir l’inflation et ont donc adopté une attitude résolument plus stricte fin 2021.

Une crise géopolitique

Le vent a brutalement tourné fin février. Ce qui était encore considéré comme un risque résiduel dangereux pour l’économie mondiale il y a quelques semaines est brutalement devenu une terrible réalité. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a choqué le monde entier, infligeant d’immenses souffrances au peuple ukrainien et frappant de plein fouet l’économie mondiale.

La guerre n’a fait qu’aggraver le scénario déjà complexe d’une inflation durablement élevée couplée à l’abandon de la politique accommodante des banques centrales. L’incertitude et les risques baissiers se sont considérablement renforcés. La guerre et les sanctions appliquées par les États-Unis et l’Europe ont provoqué la flambée des prix de l’énergie et des matières premières. L’Ukraine et la Russie comptent parmi les principaux fournisseurs de matières premières de toute sorte : pétrole, gaz, céréales, minerais, métaux, etc. Une hausse durable des prix de l’énergie et des matières premières accroît la pression sur les prix et augmente sensiblement le risque que l’inflation reste durablement élevée et se renforce, ce qui prolongerait d’autant les effets de second tour.

Le spectre d’une nouvelle récession plane sur l’économie mondiale, frappée par un choc simultané de l’offre et de la demande qui continuera de perturber les chaînes d’approvisionnement mondiale, renforcera les pressions inflationnistes et ralentira la croissance en sapant la confiance et en entravant le commerce international. Ce type de choc stagflationniste exogène place les dirigeants politiques face à un dilemme, entre lutte contre une inflation durablement élevée et soutien de la croissance alors qu’ils commençaient tout juste à réduire leur politique ultra-expansionniste mise en place dans le cadre de la pandémie.

Comment vont-ils réagir ? La situation est hétérogène et il est vraisemblable que le conflit ne fera qu’accroître les divergences économiques car les pays ne sont pas tous affectés de la même manière par la guerre. Face à cette nouvelle réalité, les autorités financières et monétaires vont devoir revoir leurs plans en matière de durcissement de leur politique. Compte tenu de l’incertitude croissante, le dosage des politiques macroéconomiques (budgétaires et monétaires) devient un facteur décisif pour maintenir l’inflation sous contrôle sans entraîner les économies mondiales dans une récession. Les banques centrales poursuivront leurs projets de normalisation afin de freiner les anticipations d’inflation et d’éviter qu’elles ne se renforcent. Nous estimons que la politique budgétaire restera largement accommodante afin d’éviter un durcissement monétaire et budgétaire simultané susceptible de déclencher une nouvelle récession.

Dans un contexte de croissance solide, de plein-emploi et de forte pression salariale, la Réserve fédérale (Fed) a entamé son processus de normalisation en mars, communiquant clairement son intention de se consacrer pleinement à la lutte contre l’inflation. La Fed a également laissé entendre que l’économie américaine était robuste et pourrait supporter un durcissement agressif avec un faible risque de récession. L’administration Biden devrait s’efforcer de relancer son programme « Reconstruire en mieux » afin de soutenir les ménages et les entreprises impactés par la hausse des prix de l’énergie et des matières premières. L’économie européenne, qui est très dépendante de l’énergie russe et entretient des relations économiques étroites avec la Russie, sera la plus durement touchée par les conséquences de la guerre. La BCE a annoncé son intention d’accélérer la sortie du programme d’assouplissement quantitatif, mais sera plus timide (que la Fed) dans le durcissement de sa politique monétaire en raison des incertitudes économiques. Avec la mise en œuvre du plan de relance de l’UE, la révision du pacte de stabilité et de croissance, la mise en place d’éventuelles mesures supplémentaires visant à amortir la hausse des prix de l’énergie et la hausse des dépenses en matière de défense, la politique budgétaire restera expansionniste. La Chine, toujours en proie aux retombées de la pandémie de COVID-19, maintiendra une politique macroéconomique ultra-accommodante en vue d’atteindre l’objectif d’une croissance du PIB de 5,5 % fixé par le Congrès national du peuple chinois pour 2022.

La probabilité d’un scénario d’atterrissage en douceur reste d’actualité, mais diminue de plus en plus. Une résolution rapide du conflit en Ukraine semble jouer un rôle déterminant dans la diminution des risques de stagflation. Un atterrissage en douceur requiert un juste dosage mêlant normalisation progressive de la politique monétaire et politique budgétaire accommodante afin que les banques centrales puissent disposer de la marge de manœuvre nécessaire pour diminuer leurs mesures de soutien sans déclencher de récession. Il est essentiel d’éviter les faux pas politiques, mais la tâche s’avère d’autant plus délicate dans l’environnement actuel. Enfin, une résolution à l’échelle mondiale de la crise sanitaire reste la clé pour résorber les pénuries d’approvisionnement, juguler les pressions inflationnistes et soutenir la reprise mondiale. Une récession à double creux n’est pas le scénario de base, mais un atterrissage en douceur pourrait progressivement devenir illusoire.

¹ https://fr.wikipedia.org/wiki/Transition_%C3%A9nerg%C3%A9tique

COMMUNIQUÉ DE PRESSE, il ne s’agit pas d’un document officiel.

Nous attirons l’attention sur le fait que l’ensemble des données et informations que nous avons mises à votre disposition ont fait l’objet de recherches approfondies par ETHENEA. Cependant, nous ne pouvons donner aucune garantie quant à leur exactitude ou exhaustivité, ni assumer de responsabilité au titre des dommages directs ou indirects subis par le destinataire des présentes informations ou par des tiers. En cas de publication du texte sous quelque forme et dans quelque mesure que ce soit, l’organisme réalisant la publication (rédaction du journal ou tiers associé ou mandaté, site web, podcast, etc.) est tenu de joindre les clauses de non-responsabilité et les mentions légales nécessaires dans un tel cas.

En outre, nous attirons l’attention sur nos mentions légales dans ce contexte : les informations contenues dans le document ci-joint ne constituent en aucun cas une sollicitation, une offre ou une recommandation en vue de l'achat ou de la vente de parts du fonds ou de la réalisation d'une quelconque transaction. Elles visent uniquement à présenter au lecteur les principales caractéristiques du fonds, telles que son processus d'investissement par exemple, et n'ont pas été pensées comme un conseil en investissement, que ce soit en tout ou en partie. Elles ne remplacent nullement la réflexion personnelle ou des informations ou conseils juridiques, fiscaux ou financiers. La responsabilité de la société de gestion, de ses collaborateurs ou de ses organes ne peut être engagée au titre de pertes découlant directement ou indirectement de l'utilisation du contenu du présent document ou de toute autre circonstance en lien avec ce document. La seule base juridiquement contraignante pour l'acquisition de parts est constituée par les documents de vente en vigueur rédigés en langue allemande (prospectus, DICI et, en complément, rapports annuels et semestriels), qui fournissent des informations détaillées sur l'acquisition de parts du fonds ainsi que sur les risques et les opportunités qui y sont associés. Les documents de vente en langue allemande cités (ainsi que des traductions non officielles dans d'autres langues) sont disponibles gratuitement à l’adresse www.ethenea.com ainsi qu’auprès de la société de gestion ETHENEA Independent Investors S.A. et de la banque dépositaire ainsi qu'auprès des agents payeurs et d'information nationaux correspondants et auprès du représentant en Suisse. Il s’agit de : Allemagne : DZ BANK AG, Deutsche Zentral-Genossenschaftsbank, Frankfurt am Main, Platz der Republik, D-60265 Frankfurt am Main ; Autriche : ERSTE BANK der österreichischen Sparkassen AG, Am Belvedere 1, A-1100 Wien ; Belgique : CACEIS Belgium SA/NV, Avenue du Port / Havenlaan 86C b 320, B-1000 Bruxelles ; Espagne : ALLFUNDS BANK, S.A., C/ stafeta, 6 (la Moraleja), Edificio 3 – Complejo Plaza de la Fuente, ES-28109 Alcobendas (Madrid) ; France : CACEIS Bank France, 1-3 place Valhubert, F-75013 Paris ; Italie : State Street Bank International – Succursale Italia, Via Ferrante Aporti, 10, IT-20125 Milano ; Société Génerale Securities Services, Via Benigno Crespi, 19/A - MAC 2, IT-20123 Milano ; Banca Sella Holding S.p.A., Piazza Gaudenzio Sella 1, IT-13900 Biella ; Allfunds Bank S.A.U – Succursale di Milano, Via Bocchetto 6, IT-20123 Milano ; Liechtenstein : SIGMA Bank AG, Feldkircher Strasse 2, FL-9494 Schaan ; Luxembourg : DZ PRIVATBANK S.A., 4, rue Thomas Edison, L-1445 Strassen ; Suisse : Représentant : IPConcept (Schweiz) AG, Münsterhof 12, Postfach, CH-8022 Zürich ; Agent payeur : DZ PRIVATBANK (Schweiz) AG, Münsterhof 12, CH-8022 Zürich.

La société de gestion peut, pour des raisons nécessaires d'une point de vue stratégique ou juridique, dans le respect d’éventuels préavis, résilier des contrats de distribution existants avec des tiers ou retirer des autorisations de distribution.

SOURCE Article sur le site internet d'ETHENEA



Zoom Invest est la plateforme dédiée aux conseillers en investissements financiers. Ils y retrouvent l’actualité des marchés financiers, des produits, du patrimoine et des acteurs de la Finance. Les informations disponibles sur le site ont un caractère exclusivement indicatif. Elles ne constituent pas une incitation à investir et ne peuvent pas être considérées comme des conseils d’investissements. Elles ne représentent pas non plus des offres de produits ou de services pouvant être assimilés à un appel public à l’épargne, ni à des sollicitations à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit d’investissement. Zoom Invest ne saurait être tenu responsable de toute décision d’investissement fondée sur une information mentionnée sur le site.