NFT : le premier tweet de l’histoire ne vaut quasiment plus rien

26/06/2022

Sina Estavi, un homme d’affaires malaisien et dirigeant de Bridge Oracle, avait acheté en mars 2021 le NFT du premier tweet de l’histoire à son auteur, Jack Dorsey. Le montant de la transaction a atteint 2,9 millions de dollars. Un an plus tard, son propriétaire a décidé de s’en séparer en le revendant sur la plateforme OpenSea.

Dans l’annonce, il n’en demandait pas moins de 48 millions de dollars, de quoi réaliser une très belle plus-value. Tout en sachant que la moitié du prix de la vente serait reversé à l’ONG GiveDirectly. Malheureusement, fort est de constaté qu’avec la chute des cryptomonnaies les NFT ne font plus rêver. Deux mois après la mise en vente, la meilleure offre n’atteignait que 31 dollars (29 euros). A l’heure de ces lignes, le prix vient d’atteindre un ethereum, soit environ 1250 dollars au cours actuel.

Sina Estavi ne subit pas seulement la chute des cryptomonnaies, mais également une demande sur le marché des NFT qui a beaucoup évolué.  En effet, les investisseurs sont devenus plus exigeants sur les actifs, préférant ceux qui ont plusieurs fonctionnalités (accès à un événement, un club privé, utilisation dans un univers virtuel…).

SOURCE Agefi Actifs



Zoom Invest est la plateforme dédiée aux conseillers en investissements financiers. Ils y retrouvent l’actualité des marchés financiers, des produits, du patrimoine et des acteurs de la Finance. Les informations disponibles sur le site ont un caractère exclusivement indicatif. Elles ne constituent pas une incitation à investir et ne peuvent pas être considérées comme des conseils d’investissements. Elles ne représentent pas non plus des offres de produits ou de services pouvant être assimilés à un appel public à l’épargne, ni à des sollicitations à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit d’investissement. Zoom Invest ne saurait être tenu responsable de toute décision d’investissement fondée sur une information mentionnée sur le site.